comments

Le Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine (UA), en sa 808ème réunion, tenue le 19 novembre 2018, a adopté la décision qui suit sur la situation au Burundi.

Le conseil,Prend note des communications sur la situation au Burundi faites par le Commissaire à la paix et à la sécurité, S.E. l’Ambassadeur Smaïl Chergui et par le Représentant spécial du Président de la Commission pour le Burundi, S.E. Basile Ikouebe. Le Conseil prend également note de la déclaration faite par le Représentant permanent de la République du Burundi auprès de l'UA, S.E. l'Ambassadeur Dieudonné Ndabarushimana, ainsi que de celles des représentants de la Communauté économique des États de l'Afrique centrale (CEEAC) et des Nations unies ;

 Rappelle toutes les décisions de la Conférence sur la situation au Burundi, en particulier la décision Assembly/AU/Dec.695 (XXXI) adoptée par la 31ème Session ordinaire de la Conférence des chefs d'État et de Gouvernement de l'Union africaine, tenue les 1er et 2 juillet 2018, à Nouakchott, en Mauritanie, dans laquelle la Conférence a demandé à la Commission d'accompagner le Burundi durant cette phase et de contribuer avec la Communauté de l'Afrique de l'Est (CAE) à ses efforts en vue d'un dialogue inclusif, du renforcement de la démocratie et du respect des droits de l'homme dans le pays. Le Conseil rappelle également toutes ses décisions et prises de position antérieures sur la situation au Burundi, en particulier le communiqué PSC/MIN.(DCCXCVII) adopté lors de sa 797ème réunion tenue au niveau ministériel, le 24 septembre 2018, à New York, aux États-Unis d'Amérique, et le communiqué PSC/PR/COMM. (DCCXCIV), adopté par le Conseil lors de sa 794ème  réunion, tenue le 19 septembre 2018, à Addis Abéba, en Éthiopie ;

 Réaffirme son attachement au respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de la République du Burundi, conformément à l’Acte constitutif de l’UA, ainsi que  la centralité de l'Accord d'Arusha pour la paix et la réconciliation du 28 août 2000, qui constitue la pierre angulaire et le cadre de référence pour tous les efforts et initiatives visant à trouver une solution durable aux défis à la paix, à la sécurité et à la stabilité au Burundi ;

 Se félicite de la visite, du 5 au 7 novembre 2018, au Burundi, du Commissaire à la paix et à la sécurité, S.E. L'Ambassadeur Smaïl Chergui, et de S.E Madame Catherine Samba Panza, ancienne Présidente de la Transition de la République centrafricaine, afin d’explorer les meilleurs voies et moyens permettant à l'UA d'assister le Burundi dans le cadre de la préparation des élections prévues en 2020 ;

 Prend note de la relative stabilité qui continue de régner au Burundi et a encouragé le Gouvernement burundais à prendre les mesures de confiance additionnelles nécessaires pour améliorer davantage le climat politique en vue de prévenir et de réduire les tensions politiques durant la période précédant les élections de 2020 ;

 Demande une fois encore à la Commission de continuer d’interagir avec le Gouvernement du Burundi, afin de soutenir toutes les initiatives de l'UA, y compris la signature du Protocole d'accord pour le déploiement d'observateurs des droits de l'homme et d'experts militaires, tout en ayant à l’esprit sa décision précédente de réduire le nombre de ses observateurs et experts, en raison de l’amélioration relative de la situation générale dans le pays ;

 Prend note du retour progressif des réfugiés et des personnes déplacées sous la supervision des autorités et a souligné l’importance d’assurer le respect intégral des normes internationales et africaines humanitaires et de droits de l’homme régissant la protection des réfugiés et des personnes déplacées ;

 Prend également note de la convocation du 5ème round du dialogue inclusif inter-burundais, qui s'est tenu à Arusha, en Tanzanie, du 24 au 29 novembre 2018, en l'absence du Gouvernement, sous les auspices de la Communauté de l'Afrique de l'Est (CAE). Dans ce contexte, le Conseil, félicite une fois encore le Facilitateur de la CAE, S.E l'ancien Président Benjamin Mkapa, et le Médiateur, S.E le Président ougandais Yoweri K. Museveni, pour les efforts inlassables qu'ils ont déployés pour réunir tous les Burundais. Par ailleurs, le Conseil  souligne la nécessité pour toutes les parties prenantes burundaises de participer activement au processus de dialogue, étant donné qu’il est le seul cadre viable dans lequel les pays de la région, avec le soutien de l'UA et de ses partenaires, peuvent continuer à accompagner le Burundi dans ses efforts visant à rétablir la paix, la sécurité durables et la réconciliation dans le pays. À cet égard, le Conseil encourage toutes les parties prenantes burundaises à préserver les acquis obtenus depuis la signature de l'Accord d'Arusha en 2000. Le Conseil souligne également la nécessité d'une reprise rapide du dialogue inclusif inter-burundais et a demandé à tous les acteurs à prendre part à ce processus crucial pour l'avenir du Burundi ;

 Se félicite, une fois encore, de la décision de S.E. le Président Pierre Nkurunziza de se conformer à la Constitution de son pays, en ne se représentant pas pour un nouveau mandat lors des élections prévues en 2020, et souligne la nécessité d’une transition pacifique et constitutionnelle, afin de renforcer les acquis obtenus à ce jour ;

 Réaffirme son engagement à continuer à soutenir tous les efforts visant à trouver une solution durable et consensuelle à la situation au Burundi. À cet effet, le Conseil décide de maintenir les observateurs des droits de l'homme et les experts militaires au Burundi, afin qu'ils puissent soutenir le Gouvernement et le peuple burundais dans leur quête pour la paix et la stabilité, en particulier dans la préparation des élections de 2020 ;

 Demande au Président de la Commission, conjointement avec la CAE et en coordination avec les Nations unies et tous les partenaires concernés, d’identifier des efforts additionnels pour accompagner davantage le Burundi dans sa recherche d’une paix et d’une sécurité durables, et d’une réconciliation consolidée, notamment à travers des élections pacifiques, inclusives et crédibles, en 2020 ;

 Demande également à l'Union européenne de reconsidérer les sanctions imposées au Burundi et a réitéré la décision de la Conférence de l'UA "de lever les sanctions imposées par l'Union européenne au Burundi, afin de créer une opportunité de redressement socio-économique dans le pays" ;

 Décide de rester activement saisi de la question.

 

Posted by Lulit Kebede
Last updated by Abraham Kebede

Nous utilisons des cookies sur notre site web et application mobile pour améliorer la présentation du contenu et l'expérience utilisateur. Nos cookies sont sécurisés et ne stockent pas d'informations personnelles.
Notre ambition est de servir du contenu de qualité à la demande et dans le format approprié afin que vous puissiez engager l'Union africaine de façon constructive dans vos rôles spécifiques.
Si vous avez des questions, vous pouvez contacter directement le Spécialiste Knowledge Management et Administrateur Web à l'adresse shashlm@africa-union.org

TAGGED IN THEMATIC(S):
Peace and Security council
TAGGED IN REGION(S) :
Headquarters - Addis ababa Burundi

COMMENTS