Visiter le Système d'Information des Frontières de l'Union Africaine (SIFUA) ici

Télécharger les documents Strategiques du PFUA  ici

Depuis que les pays africains ont accédé à l'indépendance, les frontières - qui ont été établis au cours de la période coloniale dans un contexte de rivalités entre les pays européens et de leur brouillés pour des territoires en Afrique, ont été une source récurrente de conflits et de différends sur le continent. La plupart des frontières sont mal définies. L'emplacement des ressources naturelles stratégiques dans les zones transfrontalières pose des défis supplémentaires


Ce défi a été auusitôt relevé par les dirigeants africains, inspirés par la conviction que la réalisation d'une plus grande unité et solidarité entre les Etats de l'Afrique et les peuples exige la réduction de la charge qui est imposée par les frontières. En effet, en transcendant les frontières comme des obstacles et en les  promouvant en tant que ponts reliant un État à un autre, l'Afrique peut stimuler les efforts en cours pour intégrer le continent, renforcer son unité et promouvoir la paix, la sécurité et la stabilité, à travers la prévention structurelle des conflits.
 
Instruments politiques et juridiques qui guident le PFUA


Les États membres ont adopté un certain nombre d'instruments politiques et juridiques pour guider leurs efforts dans la gestion des questions frontalières;

Ceux-ci comprennent:
• Résolution AHG/Res.16 (I) sur le différend frontalier entre Etats de l'Afrique, adoptée par la 1ère session ordinaire de l'Assemblée des Chefs d'Etat et de gouvernement de l'Organisation de l'unité africaine (OUA), tenue au Caire, en Egypte, en Juillet 1964;


• L'article 4 (b) de la Loi sur constitutif de l'UA;


• Résolution CM/Res.1069 (XLIV) sur la paix et la sécurité en Afrique à travers un règlement négocié des différends frontaliers, adoptée par la 44ème Session ordinaire du Conseil des Ministres de l'OUA, tenue à Addis-Abeba, en Juillet 1986;


• Mémorandum d'accord sur la sécurité, la stabilité, le développement et la coopération en Afrique (CSSDCA), adoptée par l'Assemblée des Chefs d'Etat et de gouvernement, tenue à Durban, Afrique du Sud, en Juillet 2002 [décision CM/Dec.666 (LXXVI) ], qui prévoit la délimitation et la démarcation des frontières africaines d'ici à 2012, où un tel exercice n'a pas encore eu lieu;


• Décision de la 8ème session ordinaire des Chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union africaine, tenue à Addis-Abeba en Janvier 2007, encourageant la Commission à poursuivre ses efforts vers la prévention structurelle des conflits, notamment à travers la mise en œuvre du PFUA. Comme suite à cette décision, la Commission a convoqué, à Addis-Abeba, le 7 Juin 2007, la première Conférence des ministres africains en charge des questions de frontière. La Conférence a adopté une Déclaration sur le PFUA et de ses modalités de mise en œuvre, qui a été approuvé par le Conseil exécutif à Accra, au Ghana. Le 25 Mars 2010, la Commission a convoqué la 2e Conférence des ministres de l'Union africaine en charge des questions frontalières, tenue à Addis-Abeba. Les ministres ont adopté la Déclaration sur le PFUA et de ses modalités de mise en œuvre, qui a été approuvé par le Conseil exécutif à Kampala, en Ouganda le 23 Juillet 2010.
 
Justification de la création du PFUA


• Pour résoudre les problèmes posés par le manque de délimitation et de démarcation, ce qui donne lieu à des «zones floues», dans lesquelles l'application de la souveraineté nationale pose des problèmes, et constitue un véritable obstacle à l'approfondissement du processus d'intégration;


• Pour faire face à des activités transfrontalières criminelles à travers une gestion pragmatique des frontières ;


• Pour consolider les gains réalisés dans le processus d'intégration régionale, comme l'a démontré par l'existence des Communautés économiques régionales (CER) et de nombreuses initiatives de coopération à grande échelle, et
• Pour faciliter le développement de la dynamique d'intégration transfrontalières, qui sont soutenus par les acteurs locaux;
 

PFUA Vision


Une Afrique unie et intégrée avec l'ouverture pacifique et prospère de ses frontières 
 
Mission du PFUA 


La prévention et la résolution des conflits liés aux frontières et la promotion de l'intégration régionale et continentale, ce qui constitue un outil dans la prévention structurelle des conflits en Afrique
 
Les objectifs stratégiques du PFUA:


• Faciliter et soutenir la délimitation et la démarcation des frontières africaines, où un tel exercice n'a pas encore eu lieu;
• Renforcer le processus d'intégration, dans le cadre des CER et des autres initiatives de coopération à grande échelle;
• Développer, dans le cadre des CER et d'autres initiatives d'intégration régionale, la coopération locale transfrontalière;
• Renforcer les capacités des Etats membres dans la gestion des frontières, ainsi que dans les études des frontières et de la recherche et
• Conseiller la Commission et d'autres organes de l'Union africaine sur les questions liées à la frontière.

 
Modalités de mise en œuvre PFUA


Le PFUA est mis en œuvre aux niveaux national, régional et continental sur la base du principe de subsidiarité et de respect de la souveraineté des États.


• La délimitation, la démarcation et la gestion des frontières dépendent principalement de la décision souveraine des États. Le PFUA travaille en étroite collaboration avec les États à entreprendre et à poursuivre les négociations bilatérales sur toutes les questions relatives à la délimitation, la démarcation et la gestion de leurs frontières, tout en visant à protéger et promouvoir les intérêts et les droits des populations frontalières. Le PFUA est d'aider les États à mobiliser les ressources nécessaires et l'expertise nécessaires pour délimiter, démarquer et gérer leurs frontières.


• Les intervenants locaux sont les principaux facteurs et les acteurs clés de la coopération transfrontalière. Le PFUA travaille en étroite collaboration avec les CER pour faciliter les initiatives locales qui favorisent la coopération transfrontalière. Le PFUA, en partenariat avec les CER, envisage de créer des fonds régionaux pour financer des projets de coopération transfrontalière, et a élaboré une convention sur la coopération transfrontalière qui est en cours d'examen par les organes pertinents de l'UA. Le PFUA est également à prendre les mesures nécessaires pour assurer que la coopération transfrontalière est incluse dans les grandes initiatives internationales lancées en faveur du continent, ainsi que jouer un rôle de coordination et de faciliter l'échange d'informations et de bonnes pratiques entre les CER.


• Le PFUA assiste les pays africains dans le développement de leurs capacités dans les domaines de la délimitation des frontières, la délimitation et la gestion. Il fait cela en effectuant un inventaire des institutions africaines qui offrent une formation dans ces domaines, explorer des pistes de collaboration avec les centres de formation pertinents dehors de l'Afrique, et la conception d'un programme de renforcement des capacités.


• Puisque la délimitation et la maintenance des frontières sont des activités qui exigent que différentes parties prenantes travaillent ensemble, le PFUA  forge des partenariats locaux, les Etats et les partenaires internationaux, en particulier l'Organisation des Nations Unies, ainsi que les anciennes puissances coloniales qui ont des dossiers sur les frontières africaines. Le PFUA construit également des réseaux et établi des partenariats avec des instituts de recherche et de formation pour renforcer les capacités des États à délimiter et gérer leurs frontières.


• Compte tenu du fait que les exercices de délimitation et de bornage des frontières de gestion sont très chers et très technique, le PFUA travaille en étroite collaboration avec les États et les CER à mobiliser les ressources nécessaires et tout autre appui nécessaire nécessaire de délimiter, de délimiter et de gérer l'Afrique limites.


 
Comme l'a déclaré Boileau Strassoldo, un expert sur les frontières de l'Europe: "Les limites spatiales ont des caractéristiques ambiguës: elles divisent unissent, lient l'intérieur avant de le relier avec l'extérieur, sont des obstacles et des jonctions, des murs et des portes, des organes de défense et d'attaque et ainsi de suite. Les régions frontalières ou les régions limitrophes peuvent être gérés de manière à maximiser l'une de ces fonctions. Ils peuvent être militarisée, comme des remparts contre des voisins, ou être faite dans les zones d'échanges pacifiques ".
 
En adoptant le PFUA, les dirigeants africains ont clairement exprimé leur engagement à maximiser les aspects de jonction et de pont des frontières africaines et veiller à ce qu'elles soient gérées de manière à contribuer à la réalisation de deux objectifs clés de l'UA, à savoir la prévention structurelle des conflits et l'approfondissement des processus d'intégration en cours.


Visiter le Système d'Information des Frontières de l'Union Africaine (SIFUA) ici