comments

Le Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine (UA), en sa 794ème réunion, tenue le 19 septembre 2018, a adopté la décision qui suit sur la situation au Burundi:

Le Conseil,

1.    Prend note de la communication faite par le Commissaire de l'UA à la paix et à la sécurité, S.E. Smail Chergui, sur l'évolution de la situation au Burundi. Le Conseil prend également note de la déclaration faite par le Représentant permanent de la République du Burundi auprès de l’UA, S.E. l'Ambassadeur Deudonne Ndabarushimana;

2.    Rappelle la décision Assembly/AU/Dec.695(XXXI) adoptée par la 31ème Session ordinaire de la Conférence des chefs d'État et de Gouvernement de l'UA, tenue les 1er et 2 juillet 2018, à Nouakchott, en Mauritanie. Le Conseil rappelle également toutes ses prises de position et décisions antérieures sur la situation au Burundi, en particulier le Communiqué PSC/PR/COMM.(DLXV), adopté lors de sa 656ème réunion tenue le 17 décembre 2015; le Communiqué PSC/PR/COMM.(DLI) adopté lors de sa 551ème réunion tenue le 17 octobre 2015; le Communiqué PSC/PR/COMM.2.(DXV) adopté lors de sa 515ème réunion tenue le 13 juin 2015; et le Communiqué PSC/PR/COMM.(DXXIII) adopté lors de sa 523ème réunion tenue le 9 juillet 2015; et le Communiqué de presse PSC/BR/PR.(DXXXI) adopté lors de sa 531ème réunion tenue le 6 août 2015;

3.    Prend note de la paix et de la stabilité relatives qui règnent au Burundi et réaffirme, une fois encore, l’attachement de l’UA au respect scrupuleux de la lettre et de l’esprit de l’Accord d’Arusha pour la paix et la réconciliation d’août 2000, qui constitue la pierre angulaire de la paix, de la sécurité et de la stabilité au Burundi et dont l'UA et les pays de la région sont garants, ainsi que les membres de la communauté internationale. À cet égard, le Conseil encourage toutes les parties prenantes burundaises à préserver les acquis obtenus, depuis la signature de l'Accord d'Arusha, et à participer pleinement au cinquième cycle du dialogue inter-burundais, prévu du 18 au 24 octobre 2018, à Arusha, en Tanzanie ;

4.    Réaffirme le plein soutien de l’Union africaine aux efforts de médiation déployés par la Communauté de l’Afrique de l’Est. À cet égard, le Conseil exprime sa profonde gratitude au médiateur de la CAE, S.E. le Président Yoweri Museveni d'Ouganda et le facilitateur, l'ancien Président tanzanien Benjamin Mkapa, pour leurs efforts inlassables dans le processus de paix au Burundi et exhorte toutes les parties prenantes burundaises et les autres acteurs concernés à soutenir et à coopérer pleinement avec le médiateur. Dans le même contexte, le Conseil demande à la Commission d'accompagner le Burundi dans ses efforts en vue de la tenue d'un dialogue inclusif, du renforcement de la démocratie et du respect des droits de l'homme, conformément à la décision Assembly/AU/Dec.695.(XXXI) adoptée par la 31ème Session ordinaire de la Conférence des chefs d'État et de Gouvernement de l'UA tenue les 1er et 2 juillet 2018, à Nouakchott, en Mauritanie;

5.    Félicite les observateurs des droits de l'homme et les experts militaires pour leur dévouement et demande que des ressources soient mobilisées pour appuyer les activités de la deuxième phase de la mission d'observation. Le Conseil réitère son appel au Gouvernement burundais et aux autres parties prenantes concernées à coopérer pleinement avec les observateurs des droits de l'homme et les experts militaires en vue de faciliter la mise en œuvre efficace de leurs mandats respectifs;

6.    Exprime également sa gratitude aux pays de la région qui accueillent des réfugiés burundais et réitère l’appel à la mobilisation de tout le soutien nécessaire à leur retour dans leur pays, compte tenu de la nécessité de se conformer pleinement à tous les instruments relatifs aux droits et à la protection des réfugiés;

7.    Souligne la nécessité pour la Commission d'intensifier la mise en œuvre des projets à impact rapide et de renforcement de la paix, afin de promouvoir la cohésion sociale, la réconciliation et la consolidation de la paix au sein de la population;

8.    Réitère l’appel lancé par la Conférence pour que l’Union européenne lève les sanctions imposées au Burundi, en vue de faciliter le redressement socioéconomique du pays.

9.    Demande à la Commission de continuer d’interagir le Gouvernement burundais en vue de la signature rapide du Protocole d’accord relatif au déploiement des observateurs des droits de l’homme et des experts militaires.

10.    Décide de réduire le nombre d’observateurs des droits de l’homme et d’experts militaires et de proroger leur mandat jusqu’à nouvel ordre, ayant à l’esprit la paix et la stabilité relatives prévalent au pays, et en attendant la signature du Protocole d’accord entre la Commission de l’Union africaine et le Gouvernement du Burundi.

11.    Décide de rester saisi de la question.

Posted by Limi Mohammed

Nous utilisons des cookies sur notre site web et application mobile pour améliorer la présentation du contenu et l'expérience utilisateur. Nos cookies sont sécurisés et ne stockent pas d'informations personnelles.
Notre ambition est de servir du contenu de qualité à la demande et dans le format approprié afin que vous puissiez engager l'Union africaine de façon constructive dans vos rôles spécifiques.
Si vous avez des questions, vous pouvez contacter directement le Spécialiste Knowledge Management et Administrateur Web à l'adresse shashlm@africa-union.org

TAGGED IN REGION(S) :
Burundi

COMMENTS