comments

1.  La  quatrieme Retraite  de  haut  niveau  de  I'Union  africaine  (UA)  des  Envoyes  et  des Representants speciaux sur la promotion de la paix, de la securite et de  la stabilite en Afrique s'est tenue a Abidjan,  en C6te d'lvoire,  les 29 et 30 octobre 2013,  sous  le theme  ({La Retraite du Jubile d'or  de I'UA  de  2013  : 50  annees  de  retablissement de  la  paix  en Afrique  -  Une  retrospective critique des processus de retablissement de la paix de l'OUA/UA. 

Déclaration d'Abidjan lors de la Retraite du Jubile d'Or de l'Union Africaine: 50 annees de retablissement de la paix en afrique: une retrospective critique des processus de retablissement de la paix de l'OUA/UA

1. La quatrieme Retraite de haut niveau de I'Union africaine (UA) des Envoyes et des Representants speciaux sur la promotion de la paix, de la securite et de la stabilite en Afrique s'est tenue a Abidjan, en Côte d'lvoire, les 29 et 30 octobre 2013, sous le theme ({La Retraite du Jubile d'or de I'UA de 2013 : 50 annees de retablissement de la paix en Afrique - Une retrospective critique des processus de retablissement de la paix de IJOUA/UA D.

2. Organisée en collaboration avec le Gouvernement de la Republique de la Côte d' Ivoire, et avec le soutien technique du Centre africain pour la resolution constructive des conflits (ACCORD), I'African Leadership Centre (ALC), I'lnstitut des Etudes sur la Paix et la Securite de I'Universite dlAddis Abeba (IPSS), la quatrieme Retraite a regroupe la Commission de I'UA et ses Envoyes/ Representants speciaux, les membres du Groupe des Sages de I'UA, ainsi que des representants du Reseau panafricain des Sages (Panwise), les representants du President de I'Union et du President du Conseil de paix et de securite (CPS) pour le mois d'octobre 2013, et plusieurs anciens chefs d'~tat et de Gouvernement africains. Etaient Cgalement presents de hauts responsables des Communautes economiques regionales (CER)/Mecanismes regionaux pour la prevention, la gestion et le reglement des conflits (MR), du Secretariat des Nations unies et de ses Representants speciaux en Afrique, de la Commission economique des Nations unies pour I'Afrique (CEA), du Programme des Nations unies pour le Developpement (PNUD), d'autres organisations partenaires, a savoir la Communaute des pays de langue portugaise, la Ligue des tats arabes, Itorganisation internationale de la Francophonie et l'Organisation de la cooperation islamique, ainsi que des representants d'organisations de la societe civile, de groupes de reflexion et des personnes ressources.

3. La seance d'ouverture a ete marquee par des allocutions du Premier Ministre de la Republique de Côte d'lvoire, du Commissaire de I'UA a la paix et a la securite, du Representant du President de la Commission de la Communaute economique des Etats de IJAfrique de I'Ouest (CEDEAO), du President du CPS pour le mois d'octobre 2013 et du Representant special du Secretaire general des Nations unies pour I'Afrique de l'Ouest. La Retraite a consiste en une seance interactive avec le Premier Ministre de la Republique de CBte d'lvoire, ainsi qu'en seances plenieres et groupes de travail qui ont aborde une serie de questions liees aux efforts de retablissement de la paix de I'UA au cours des cinq dernieres decennies, aux enseignements tires et aux bonnes pratiques, ainsi qu'a la voie a suivre, afin de realiser I'objectif de I'UA dJun continent exempt de conflit.

4. Les Participants ont note que I'annee 2013 marque un moment important dans la vie de I'UA, en ce que I'organisation continentale celebre son cinquantenaire sous le theme du Panafricanisme et de la Renaissance africaine. Le Jubile d'Or a ete l'occasion de mener une reflexion a I'echelle continentale et de tirer des enseignements du passe, mais aussi et surtout de planifier I'avenir. Les participants se sont felicites du processus visant a elaborer un Agenda 2063, qui s'inspire de tendances cles likes au changement democratique, a I'urbanisation, au developpement technologique, a la gestion des ressources naturelles, aux conflits et a la securite, aux inegalites, B la deterioration de I'environnement, a la geopolitique et a la mondialisation. Ces tendances presentent aussi bien des opportunites que des defis 5 la realisation de la vision d'un continent integre, centre sur l'@tre humain, prospere et pacifique. La Retraite a reconnu le lien consubstantiel entre le developpement et la paix, et a exhorte ceux qui travaillent dans le domaine de la paix et de la securite humaine a contribuer a la vision de la paix et a I'Agenda 2063.

5. Dans la Declaration solennelle adoptee a cette occasion, les Chefs d'Etat et de Gouvernement africains se sont engages "a mettre fin a toutes les guerres en Afrique d'ici 2020". La Declaration appelle egalement a accorder une plus grande attention au traitement des causes profondes des conflits, y compris les inegalites economiques et sociales, et souligne la necessite de renforcer les efforts de prevention des conflits, de retablissement de la paix, les operations de soutien a la paix, la reconciliation nationale, ainsi que la reconstruction et le developpement post- conflit. La transformation des conflits, qui vise a assurer une paix veritable et durable grdce a I'amelioration des structures sociales, economiques et politiques et 5 promouvoir structurellement la stabilite et la securite, est essentielle de ce point de vue.

6. La Retraite a permis une reflexion sur certains des plus importants processus de mediation conduits par I'OUA/UA (ainsi que sur les formes connexes de retablissement de la paix) au cours des 50 dernieres annees. La Retraite a, en particulier : i. offert un espace de debat avec d'eminents mediateurs africains et artisans de la paix dans le but de degager des leqons et des bonnes pratiques issues de leurs experiences personnelles et contributions a la mediation; ii. discute et evalue les defis les plus pressants a la paix et a la securite sur le continent et les voies et moyens de les relever de maniere plus efficace, y compris le renforcement de l'Architecture africaine de paix et de securite; iii. analyse les parametres de la transformation des conflits et sa relation avec la mediation et d'autres formes de retablissement de la paix, afin de permettre 21 I'UA et aux CER/MR d'intensifier leurs efforts dans ce domaine; iv. examine les dimensions philosophiques, theoriques et pratiques des paradigmes panafricains de retablissement et de mediation et recommande les voies et moyens d'integrer des approches africaines de reglement et de transformation des conflits dans le programme de mediation de I'UA ; v. reflechi sur le principe de subsidiarite, d'avantages comparatifs et de complementarite, en utilisant une serie d'exemples de differentes approches de la mediation; et vi. permis aux participants de partager leurs points de vue sur les defis a la paix et a la securite, les tendances et les opportunites dans la realisation de I'ccAgenda 2063 de I'Union africaine)).

7. Les participants a la Retraite ont reconnu que I'UA et les CER/MR ont contribue largement a relever les defis a la paix et a la securite de faqon eminemment importante pour le bien-&re et le developpement des peuples africains. Avec la transformation de I'OUA en UA, et en particulier a travers son Acte constitutif de 2000 et le Protocole relatif a la creation du Conseil de paix et de securite de 2002, I'organisation a introduit le principe de non-indifference vis-a-vis des violations flagrantes des droits de I'homme, des crimes contre I'humanite et les changements anticonstitutionnels de gouvernement, en tant que principe essentiel regissant les relations interetatiques. L'UA a egalement mis en place une Architecture africaine de paix et de securite ambitieuse qui est operationnalisee avec le soutien des partenaires internationaux. Par ailleurs, et grdce a I'adoption de la Declaration de Lome de 2000 sur les changements anticonstitutionnels de gouvernement et d'autres documents connexes, la Charte africaine de la Dernocratie, des Elections et de la Gouvernance de 2007, ainsi que la Declaration de 2011 sur les valeurs partagees, I'UA a mis en place une Architecture africaine de Gouvernance complementaire qui vise a promouvoir activement I'Etat de droit, le respect des Droits de I'homme, la democratie et la bonne gouvernance. Par ailleurs, I'UA est activement engagee dans la prevention directe et structurelle, ainsi que dans des efforts de retablissement de la paix, de maintien de la paix et de reconstruction post-conflit sur le continent.

8. Dans le mGme temps, les participants ont egalement note que les defis a la paix et 5 la securite restent reels et serieux. Bien que des progres significatifs aient ete realises dans I'operationnalisation des principaux piliers de I'Architecture africaine de paix et de securite, cette architecture n'a pas encore realise son plein potentiel.

9. Le continent continue d'etre aux prises avec nombre de situations de crise et de conflit avec de lourdes consequences humanitaires, sociales, economiques, environnementales et culturelles, ainsi que de faire face aux retombees des soulevements populaires de 2011 en Afrique du Nord. L'UA fait face a la tdche de la consolidation de la paix la ou elle a ete realisee. Parmi les autres defis a relever figurent la prkvalence persistante des conflits lies aux elections, la resurgence des changements anticonstitutionnels de Gouvernements, les differents frontaliers, ainsi que des inkgalites economiques croissantes, le terrorisme et la radicalisation, la piraterie, la criminalite transnationale et la cybercriminalite.

10. Dans ce contexte, les participants ont souligne la necessite de renforcer les capacites de I'UA a prevenir, gerer et regler les conflits violents. A cet egard, ils ont appele a des efforts renouveles pour: i. accelerer I'operationnalisation de la Force africaine en attente (FAA), sur la base des recommandations qui seront formulees de I'evaluation en cours de la FAA tel qu'instruit par la session ordinaire de la Conference de I'UA de mai 2013; i. assurer I'operationnalisation de la Capacite africaine de rCponse immediate aux crises (CARIC), telle que decidee par la session ordinaire de la Conference de I'UA en mai 2013, en tant qu'arrangement transitoire en attendant la pleine operationnalisation de la FAA ; iii. renforcer I'efficacite du Systerne continental d'alerte rapide (SCAR), afin de faciliter I'action rapide et une plus grande coherence entre les organes competents de I'UA et des CER ; et iv. operationnaliser pleinement le Reseau panafricain des Sages (PANWISE), dans le cadre des efforts visant a renforcer I'efficacite des capacites operationnelles de prevention et de mediation ; et v. la rnise en place ou le renforcement des infrastructures nationales pour la paix, y compris des systemes nationaux d'alerte et de reponse rapide, ainsi que des conseils ou commissions de paix, pour faciliter I'identification diligente et une reponse effective a des conflits violents potentiels.

11. Les participants ont accorde une attention particuliere au financement des efforts de paix et de securite de I'UA. Tout en se felicitant de la poursuite du soutien international, sur la base de la solidarite internationale et I'indivisibilite de la paix et de la securite internationales, ils ont souligne I'imperatif pour les pays africains de contribuer des ressources financieres plus irnportantes afin d'assurer une plus grande appropriation et durabilite, ainsi que pour renforcer le leadership africain. En consequence, les Participants ont : i. fait leur I'appel lance par le Sommet de I'UA de mai 2013 aux Etats mernbres pour qu'ils fassent des contributions volontaires au Fonds pour la paix de I'UA ; ii. appele a I'elaboration de rnodalites novatrices, afin de mobiliser des ressources supplementaires au niveau du continent, y compris des contributions des hommes d'affaires, de citoyens africains ordinaires et de la diaspora, y compris a travers un fonds de dotation perrnettant aux citoyens d'investir dans la paix et la securite sur le continent ; et iii. encourage les organisations africaines de la societe civile et d'autres parties prenantes a lancer des campagnes de sensibilisation visant a mettre en relief I'irnportance de contributions africaines plus irnportantes comrne prealable a I'appropriation et au leadership.

12. Les participants ont fermernent souligne que la promotion durable de la paix et de la skurite est etroitement liee au respect de I'Etat de droit, de la bonne gouvernance, des droits de I'homme et a la promotion d'un leadership inclusif. A cet egard, ItAgenda de gouvernance en Afrique doit Gtre au centre des efforts visant a relever les defis a la paix et 2 la skurite du continent.

13. Dans ce contexte, les participants ont : i. reitere I'urgence pour tous les Etats rnembres qui ne l'ont pas encore fait de signer et de ratifier les instruments pertinents de I'UA relatifs a la gouvernance, a la dernocratie, aux elections et aux droits de I'hornrne; ii. souligne la necessite pour les Etats membres de I'UA qui ne I'ont pas encore fait de se joindre au Mecanisme africain d'evaluation par les pairs, qui constitue une plateforme unique permettant d'ameliorer la gouvernance et de jeter des bases solides pour une paix durable; iii. encourage les organisations de la societe civile a vulgariser les instruments pertinents de I'UA sur la gouvernance, la democratie et les droits de I'homme, afin d'assurer I'appropriation par les peuples africains, ainsi que pour contribuer a un meilleur respect, a travers la mise en place d'un index de respect et autres outils pertinents; iv. encourage en outre les efforts de sensibilisation soutenus afin de vulgariser les bonnes ratiques dans le domaine de la gouvernance et de leadership; v. reitere I'importance continue des recommandations formulees par le Groupe des Sages dans son rapport sur les conflits et la violence lies aux elections et la necessite d'efforts renouveles pour leur mise en oeuvre ; et vi. reconnu les efforts deployes par la Commission de I'UA en vue d'elaborer un cadre d'evaluations de la vulnerabilite structurelle afin de soutenir les Etats membres dans le traitement des causes profondes potentielles des conflits dans leurs pays et de renforcer leur capacite de prevention structurelle des conflits. Les Etats membres sont encourages a tirer profit de cet outil et de se soumettre volontairement B ce processus.

14. En vue de renforcer I'appropriation de I'agenda africain pour la paix et la securite, et dans le prolongement du Plan d'action du Caire qui a ete adopte lors de la 3eme Retraite en novembre 2012, ainsi que du communique de la reunion inaugurale de PanWise en avril 2013, la Retraite a souligne la necessite d'une approche a plusieurs niveaux de la prevention des conflits, de la mediation et du retablissement de la paix. A cet egard, les participants ont mis en relief I'importance que rev@t I'etablissement de liens systematiques avec les acteurs de la societe civile en particulier les mediateurs individuels et d'autres institutions engages dans des activites de mediation a plusieurs niveaux (mediateurs nationaux, organisations religieuses, conseils locaux de sages, mediateurs dans les communautes d'eleveurs).

15. En passant en revue les experiences africaines de mediation, les Participants ont mis I'accent sur le primat des solutions politiques aux conflits africains, tout en reconnaissant la necessite, dans certains cas, de recourir i I'imposition de la paix. Les Participants ont souligne que le reglement et la transformation des conflits releve d'abord et avant tout de la responsabilite des parties au conflit et des acteurs locaux. Soutenir les efforts de paix et eviter le retour a la violence requierent des efforts conjoints des partis politiques, des milieux d'affaires, des organisations confessionnelles, de la societe civile et des citoyens ordinaires. Sans de tels efforts internes, les reussites des mediations africaines ne peuvent etre perennisees. A cet egard, les participants ont souligne le rBle essentiel que le secteur prive est appele a jouer dans la phase de reconstruction et le developpement post-conflit.

16. Les Participants ont note I'emergence progressive d'un modele africain de la mediation caracterise par la promotion de processus adaptes aux contextes dans lesquels ils se deroulent. A cet egard, ils ont souligne la necessite pour les entreprises de mediation d'etre basees sur les elements suivants: (i) une definition correcte du probleme en cause procedant d'une approche inclusive allant au-dela des belligerants pour inclure des consultations avec les populations touchees et d'autres parties prenantes locales. Une telle approche doit informer I'elaboration de plans de mediation strategiques et operationnels; (ii) la credibilite et la Iegitimite du processus de mediation par un examen attentif de la comprehension des parties prenantes de la situation de conflit dans laquelle elles sont impliquees ; (iii) un engagement a long terme, tant il est vrai qu'il n'y a pas de remede miracle pour trouver des solutions durables et que la mediation implique d'obtenir non seulement I'accord des parties, mais aussi celui de leurs soutiens; (iv) la necessite de s'appuyer sur le savoir local et de faire pleinement usage des mecanismes traditionnels de resolution des conflits ; (v) la necessite d'aborder de facon creative la relation entre la paix, la justice et la reconciliation, en s'appuyant sur les experiences africaines et internationales pertinentes ; et (vi) la necessite de promouvoir la participation des femmes aux processus de paix, y compris en tant que mediateurs

17. Les Participants ont reconnu que la promotion de la paix et de la securitC en Afrique est egalement un defi intellectuel. Aussi, ils ont recommande le renforcement des liens entre I'UA et les institutions de recherche, les universites et les groupes de reflexion sur les questions de securite africaine de paix afin d'arriver a des solutions bases sur la recherche. A cet egard, les participants ont encourage les acteurs de la societe civile, les entrepreneurs prives africains, ainsi que les partenaires internationaux i soutenir ces efforts de recherche.

18. Les Participants ont note avec satisfaction qu'au fil des ans, I'UA a noue des partenariats strategiques internationaux cles, en particulier avec les Nations unies et I'UE, dans le cadre de ses efforts visant a realiser sa vision d'un continent libre, pacifique et prospere dont la destinee est conduites par ses propres citoyens. Afin de renforcer les efforts collectifs en vue de la promotion de la paix, de la securite et de la stabilite, la Retraite a souligne la necessite de developper encore davantage ces relations et celle de mieux les coordonner en vue de construire systematiquement des partenariats innovants, flexibles, orientes vers I'action et equilibres, et de faire en sorte que les preoccupations et les positions de l'Afrique soient dOment prises en compte par les partenaires internationaux lorsqu'ils prennent des decisions sur des questions d1int6r6t fondamental pour I'Afrique. Les participants ont notamment exhort6 une coordination axee sur des enjeux specifiques, I'articulation de strategies de communication coherentes et I'elaboration de feuilles de route communes fondees sur des visions partagees.

19. Soulignant la necessite d'une coordination et de partenariats etroits pour atteindre I'objectif visant debarrasser le continent du fleau des conflits armes en 2020, comme enonce dans la Declaration solennelle du Jubile, les Participants ont recommande ce qui suit: (i) le developpement de feuilles de route de concepts strategiques et d'autres documents onnexes communs impliquant tous les acteurs internationaux concernks pour faire face a des situations de crise et de conflit specifiques; (ii) une meilleure coordination au niveau national et regional entre les representants de la communaute internationale travaillant sur un conflit particulier, en s'appuyant sur les enseignements tires de la mise en place de groupes internationaux de contact, I'envoie de missions conjointes et d'autres outils pertinents ; et (iii) I'organisation par le CPS de I'UA d'auditions publiques speciales impliquant les acteurs locaux et internationaux concern& pour faciliter une evaluation partagee des progres realises et des defis a relever ;

20. Les Participants ont exprime leur sincere gratitude au Gouvernement de la Côte d' lvoire pour avoir accueilli la Retraite, ainsi que pour I'hospitalite genereuse dont ils ont ete entoures tout au long de leur sejour et les dispositions prises pour la reussite de la Retraite.

Posted by Tchioffo Kodjo

Nous utilisons des cookies sur notre site web et application mobile pour améliorer la présentation du contenu et l'expérience utilisateur. Nos cookies sont sécurisés et ne stockent pas d'informations personnelles.
Notre ambition est de servir du contenu de qualité à la demande et dans le format approprié afin que vous puissiez engager l'Union africaine de façon constructive dans vos rôles spécifiques.
Si vous avez des questions, vous pouvez contacter directement le Spécialiste Knowledge Management et Administrateur Web à l'adresse shashlm@africa-union.org

TAGGED IN REGION(S) :
Côte d'Ivoire

COMMENTS