comments

Le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l'Union africaine (UA) a consacré sa 707ème réunion tenue le 8 août 2017 à une séance publique sur le thème: "la réponse humanitaire aux victimes touchées par les activités terroristes".

Le Conseil et les participants ont pris note des allocutions d’ouverture faites par le Président du CPS, S.E. Ambassadeur Mmamosadinyana Molefe de la République du Botswana et la Commissaire aux Affaires politiques, S.E. Mme Minata Samaté Cessouma. Ils ont également pris note des présentations faites par le Représentant de la République fédérale du Nigéria, au nom des pays du Bassin du Lac Tchad, ainsi que par les représentants du Bureau des Nations unies auprès de l'Union africaine, au nom des institutions des Nations unies, et du Comité international de la Croix-Rouge (CICR). Ils ont en outre pris note des déclarations faites par les membres du CPS, les États membres de l'UA, les Communautés économiques régionales et les Mécanismes régionaux pour la prévention, la gestion et le règlement des conflits (CER/MR), les partenaires de l'UA, les organisations de la société civile, les organisations non gouvernementales et l'Union européenne.

Le Conseil et les participants ont rappelé les instruments africains et internationaux, ainsi que les communiqués et les communiqués de presse pertinents du CPS concernant la prévention et la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme violent en Afrique. À cet égard, ils ont réaffirmé l'article 4 (o) de l'Acte constitutif de l'UA qui souligne le caractère sacro-saint de la vie humaine.

 

Le Conseil et les participants ont également rappelé que le rapport du Président de la Commission au CPS sur le terrorisme et l'extrémisme violent en Afrique, lors de sa 455ème  réunion tenue à Nairobi, le 2 septembre 2014, au niveau des chefs d'État et de Gouvernement, a noté la nécessité de reconnaître pleinement la souffrance des victimes des actes terroristes et ont réaffirmé l'engagement de l'UA à fournir aux victimes une plate-forme pour partager leurs expériences et identifier les modalités par lesquelles les États membres peuvent intégrer l'assistance aux victimes dans leurs stratégies nationales de lutte contre le terrorisme, y compris leur rôle actif dans la lutte contre la radicalisation et l'extrémisme violent. Dans ce contexte, ils ont pris note des activités spécifiques de l'UA consacrées à ce jour aux victimes du terrorisme, en particulier l’organisation du Symposium de l'UA sur les victimes des actes terroristes à Alger, les 27 et 28 octobre 2014 et l’organisation ultérieure à Addis Abéba, les 17 et 18 novembre 2016, de l'Atelier sur la création d'un réseau d'associations africaines des victimes des actes terroristes.

 

Le Conseil et les participants ont exprimé leur profonde préoccupation que des civils innocents continuent à supporter le fardeau des actes terroristes, les privant de leur droit humain le plus fondamental à la vie et à l’intégrité physique, ce qui entraîne des déplacements forcés, des traumatismes psychologiques, la destruction et la perte des moyens de subsistance. Ils ont exprimé leur solidarité renouvelée aux populations africaines affectées par des activités terroristes, en particulier celles qui vivent dans certaines parties du continent, subissant des attaques d'Al-Shaabab en Somalie, de Boko Haram dans le Bassin du lac Tchad, d'Al-Qaïda et de tous les groupes concernés au Mali et dans la région du Sahel, ainsi que dans les régions où l'Armée de résistance Lord continue d’opérer.

 

Le Conseil et les participants ont félicité les pays du continent qui ont ouvert leurs frontières et offert un refuge à des milliers de civils déplacés de force par des actes terroristes et ont appelé la communauté internationale à appuyer leurs efforts en assurant la protection et l'assistance de base;

 

Le Conseil et les participants ont, en particulier, exprimé leur préoccupation face à l'impact des actes terroristes sur les femmes et les jeunes filles qui sont souvent contraintes à l'esclavage sexuel, aux mariages forcés et à d'autres formes de violence sexuelle et sexiste. Ils ont en outre exprimé leur profonde préoccupation face aux violations odieuses à l’encontre des femmes et des enfants et à leur utilisation accrue en tant que combattants et kamikazes par des groupes terroristes. Ils ont appelé les États membres et les acteurs humanitaires à accorder une attention particulière à cette question et à assurer une protection adéquate aux groupes vulnérables dans les camps de réfugiés et de personnes déplacées, ainsi que dans d'autres zones touchées;

 

Le Conseil et les participants ont exprimé leur profonde reconnaissance aux acteurs humanitaires, y compris les agences des Nations unies, les organisations non gouvernementales régionales et internationales (ONG) et les associations de la société civile, qui apportent une assistance vitale aux communautés touchées dans les camps de réfugiés et de personnes déplacées et dans d’autres zones touchées;

 

Le Conseil et les participants ont fermement condamné les actions et les attaques hostiles contre des acteurs humanitaires, y compris les meurtres, les blessures, l'intimidation et la confiscation de biens. Ils ont noté avec préoccupation l'espace humanitaire de plus en plus limité et dénoncé des restrictions injustifiées imposées aux acteurs humanitaires pour accéder aux communautés touchées dans différentes situations. À cet égard, ils ont appelé les États membres concernés à lever ces restrictions, conformément aux lois nationales pertinentes, et d'une manière conforme à l'impératif humanitaire et tenant compte de l'urgence d’une réponse aux besoins des victimes;

 

Le Conseil et les participants ont souligné que les efforts de lutte contre le terrorisme et les opérations militaires doivent être conduites en plein respect du droit international humanitaire (DIH) et ne doivent pas exacerber la situation humanitaire dans les zones touchées, car cela ne servirait qu'à aliéner les communautés, à encourager les discours des extrémistes, et à renforcer davantage les défenseurs de l'extrémisme violent;

Le Conseil et les participants ont souligné la nécessité d’axer les efforts et les opérations de lutte contre le terrorisme sur la création des conditions propices au retour sécurisé et volontaire des réfugiés et des personnes déplacées et, à cet égard, de renforcer la gouvernance, la prestation de services et la restauration des moyens de subsistance dans les zones libérées à travers les interventions de redressement et de développement. Ils ont en outre appelé les États membres à déployer davantage d'efforts pour protéger les écoles et d'autres infrastructures vitales tout en préservant leur caractère civil.

Le Conseil et les participants ont félicité les États membres et les acteurs humanitaires pour leur engagement continu à apporter une assistance humanitaire essentielle avec des ressources financières de plus en plus limitées. À cet égard, ils ont appelé les donateurs internationaux à honorer leurs engagements en ce qui concerne les urgences humanitaires dans différentes parties du continent, en particulier la Conférence humanitaire d’Oslo pour le Nigéria et la Région du Lac Tchad, tenue en février 2017. Ils se sont en outre référés à la position commune de l'UA sur l'efficacité humanitaire et a souligné la nécessité d'un financement soutenu et prévisible des opérations humanitaires;

Le Conseil et les participants ont souligné que la prévention de la radicalisation et de l'extrémisme violent devrait rester au cœur des efforts visant à prévenir le terrorisme et ses conséquences humanitaires. À cet égard, ils ont rappelé le communiqué de la 455ème réunion du Conseil, tenu au niveau des chefs d'État et de Gouvernement, le 2 septembre 2014, qui  offre un cadre global pour la prévention et la lutte contre le terrorisme;

Le Conseil et les participants se sont félicités des efforts déployés par les États membres de l'UA pour trouver une solution aux situations humanitaires sur le continent, en particulier à travers le Sous-Comité du Comité des représentants permanents sur les réfugiés et les personnes déplacées et le Sous-Comité sur les situations d'urgence pour leurs efforts visant à exprimer la solidarité avec et à aider les personnes dans le besoin dans les parties affectées du continent.

Le Conseil et les participants ont souligné que l'UA doit jouer un rôle dirigeant dans la mobilisation, la coordination et la fourniture de l'assistance humanitaire et promouvoir une agence humanitaire propre à l’UA. A cet égard, ils ont rappelé les communiqués antérieurs sur la création d'une Agence humanitaire de l'UA, pour prendre l’initiative dans les questions humanitaires sur le continent et ont appelé les Départements Paix et Sécurité et des Affaires politiques à prendre les mesures nécessaires  à cette fin. Ils ont pris note des progrès accomplis en ce qui concerne les lignes directrices et le cadre normatif pour cette perspective humanitaire de l'UA.

Le Conseil et les participants ont appelé les Etats Membres à s’attaquer aux causes sous-jacentes de la radicalisation, de l’extrémisme violent, en vue de réduire les attaques terroristes sur le continent. Ils ont également appelé les Etats Membres à continuer à renforcer leurs institutions et structures de gouvernance, l’Etat de droit et le respect des droits de l’Homme, comme mesures de prévention des conflits et de l’extrémisme violent sur le continent.

Le Conseil a convenu de rester saisi de la question.

Posted by Abraham Belayneh
Last updated by Lulit Kebede

Nous utilisons des cookies sur notre site web et application mobile pour améliorer la présentation du contenu et l'expérience utilisateur. Nos cookies sont sécurisés et ne stockent pas d'informations personnelles.
Notre ambition est de servir du contenu de qualité à la demande et dans le format approprié afin que vous puissiez engager l'Union africaine de façon constructive dans vos rôles spécifiques.
Si vous avez des questions, vous pouvez contacter directement le Spécialiste Knowledge Management et Administrateur Web à l'adresse shashlm@africa-union.org

TAGGED IN REGION(S) :
Headquarters - Addis ababa

COMMENTS