comments

  1. Dans le cadre des efforts visant à trouver une solution durable à la crise burundaise, la  26ème Conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement de l’UA,  réunie à Addis-Abeba les 30 et 31 janvier 2016, a décidé de l’envoi à Bujumbura d’une délégation de haut niveau auprès de toutes les parties prenantes de la crise aux fins de consultations. A l’initiative de Son Excellence Idriss Deby Itno, Président en exercice de l’UA et en consultation avec les Chefs d’Etats et la Commission, la délégation de haut niveau, coordonnée par S.E. Jacob Zuma, Président de la République d’Afrique du Sud, comprenait en outre Leurs Excellences Mohamed Ould Abdel Aziz, Président de la République Islamique de Mauritanie ; Macky Sall, Président de la République du Sénégal ; Ali Bongo Ondimba, Président de la République Gabonaise ; Hailemariam Dessalegn, Premier Ministre de la République Fédérale Démocratique d’Éthiopie. Etaient également présents l’Ambassadeur Smaïl Chergui, Commissaire à la Paix et à la Sécurité, l’Honorable Cryspus Kiyonga, envoyé spécial du Président Yoweri Museveni, Facilitateur du dialogue inter-burundais, et le Professeur Ibrahima Fall, Représentant spécial de l’UA pour la région des Grands Lacs.

2.    La délégation de haut niveau s’est rendue au Burundi du 25 au 26 février 2016 et a eu des consultations avec S.E. Pierre Nkurunziza, Président de la République du Burundi, les représentants des partis politiques, une délégation des autorités religieuses, les représentants des organisations de la société civile et avec un ancien chef d’Etat représentant les anciens chefs d’Etat du Burundi. Une délégation de la Commission Nationale du Dialogue Inter-burundais (CNDI) conduite par son Président a également pris part aux consultations.

3.    La visite a permis à la délégation de haut niveau  d’évaluer  l’évolution de la situation au Burundi depuis le dernier Sommet de l’organisation continentale à Addis-Abeba, ainsi que les voies et moyens de l’accompagnement de l’UA pour sortir de la spirale de violence dans laquelle le Burundi est plongé depuis avril 2015.

4.    La délégation de haut niveau a déploré la persistance des violations des droits de l’Homme, la poursuite d’actes de violences sur les civils et les forces de sécurité publique ainsi que la détérioration de la situation humanitaire déjà préoccupante. A cet égard, elle a demandé au gouvernement et aux groupes armés de mettre un terme à ces actes de violence. La délégation de haut niveau a souligné la nécessité de démanteler et désarmer toutes les milices opérant sur le territoire Burundais. Elle a demandé à tous les groupes armés et aux milices armées de déposer les armes et à toutes les parties prenantes de la crise burundaise de retourner à la table de négociation.

5.    La délégation de haut niveau a encouragé  les gouvernements des pays de la région à promouvoir l’esprit de bon voisinage conformément aux dispositions des instruments pertinents de l’UA. Elle a encouragé également les populations de la région à s’abstenir de paroles et d’actes susceptibles de susciter, d’entretenir ou d’aggraver des tensions.

6.    La délégation de haut niveau s’est félicitée de l’engagement du Gouvernement et de celui de tous les autres acteurs de la crise burundaise présents au Burundi, à prendre part au dialogue inclusif régional sous la facilitation de SE Yoweri Museveni, Président de la République d’Ouganda, au nom de la Communauté d’Afrique de l’Est. Elle a invité toutes les parties prenantes à la crise burundaise à prendre part à ce dialogue, sans pré conditions, et dans le strict respect de l’Accord d’Arusha pour la paix et la réconciliation.

7.    La délégation de haut niveau a réaffirmé son soutien ferme au Président Yoweri Museveni, facilitateur désigné de la crise burundaise, l’a encouragé à continuer ses consultations avec tous les acteurs de la crise et à annoncer, début mars 2016, la date pour la reprise immédiate du dialogue inter-burundais. La délégation de haut niveau, dans ce cadre, a décidé d’un soutien actif de l’Union africaine au Facilitateur du dialogue inter-burundais.

8.    La délégation de haut niveau a accueilli avec satisfaction les décisions de levée de mandats d’arrêt internationaux qui pesaient sur certains citoyens Burundais, de réouverture d’une radio et d’une radiotélévision privées ainsi que de l’annonce de la libération prochaine de détenus.  La délégation de haut niveau a encouragé le gouvernement à étendre de telles mesures à d’autres personnes encore détenues et à d’autres medias encore fermés.

9.    La délégation de haut niveau s’est félicitée du travail des observateurs des droits de l’homme et des experts militaires de l’UA déployés au Burundi. La délégation de haut niveau et le Gouvernement ont convenu de porter le nombre de ce personnel à 100 observateurs des droits de l’homme et à 100 experts militaires.

10.    La délégation de haut niveau lance un appel à la communauté internationale pour qu’elle envisage, en cas d’amélioration de la situation sécuritaire et humanitaire, la reprise de l’aide internationale fournie au Burundi afin d’encourager les autorités et le peuple burundais à s’impliquer davantage dans le dialogue inclusif.

11.    Dans le cadre du suivi de sa mission à Bujumbura, la délégation de haut niveau a décidé de rencontrer les parties prenantes de la crise burundaise qui sont hors du pays. Elle a également demandé à son coordinateur, SE le Président Jacob Zuma, de rendre compte des résultats de la mission au Burundi au Président en exercice de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’UA, SE le Président Idriss Deby Itno.

12.    La délégation de haut niveau a exprimé sa sincère gratitude à S.E. Pierre Nkurunziza, Président de la République du Burundi, au gouvernement et au peuple burundais, pour l’accueil chaleureux qui lui a été réservé, pour leur disponibilité et coopération, ainsi que pour les excellentes dispositions prises pour le bon déroulement de leur mission. Elle remercie aussi tous les interlocuteurs qui ont pris part aux consultations.

Posted by Messay

Nous utilisons des cookies sur notre site web et application mobile pour améliorer la présentation du contenu et l'expérience utilisateur. Nos cookies sont sécurisés et ne stockent pas d'informations personnelles.
Notre ambition est de servir du contenu de qualité à la demande et dans le format approprié afin que vous puissiez engager l'Union africaine de façon constructive dans vos rôles spécifiques.
Si vous avez des questions, vous pouvez contacter directement le Spécialiste Knowledge Management et Administrateur Web à l'adresse shashlm@africa-union.org

TAGGED IN REGION(S) :
Burundi

COMMENTS